Encore trop de grossesses sous valproate

Mardi 4 février, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a publié un point d'information sur l'exposition des femmes enceintes traitées par valproate ou dérivés.

L’ANSM publie de nouvelles données sur le suivi de l’exposition aux médicaments contenant du valproate ou dérivés pour la période 2013 / 2019. Si l’exposition des femmes enceintes au valproate a diminué de près de 80 %, on observe encore trop de naissances d’enfants issus de mères sous valproate.

L’Agence rappelle donc, compte-tenu des risques malformatifs (10,7 %) et neuro-développementaux (3 à 4 enfants / 10) en cas d’exposition in utero que le valproate et dérivés sont contre-indiqués pendant la grossesse :

- ils ne doivent pas être prescrits chez les femmes enceintes atteintes de troubles bipolaires (initiation et renouvellement de traitement)
- en épilepsie, ils ne doivent être prescrits pendant la grossesse qu’en cas d’absence d’alternative thérapeutique

 

Consulter le point d'information du 04/02/2020 : Valproate et dérivés : l’exposition des femmes enceintes a fortement diminué mais persiste

 

Point d'information ANSM du 24/04/2019 : Antiépileptiques au cours de la grossesse : Etat actuel des connaissances sur les risques de malformations et de troubles neuro-développementaux

 

Dossier ANSM : valproate et dérivés

Retour à la liste des actualités