Il existe une grande différence entre les épilepsies du nouveau-né, du nourrisson, de l'enfant, de l'adolescent, de l'adulte ou de la personne âgée. Le type des crises observés peut dépendre de l'âge, certaines crises ne s'observent que chez l'enfant, par exemple les spasmes infantiles. Le type de crise peut dépendre aussi de la maladie cérébrale sous-jacente en cause, par exemple les crises partielles temporales causées par une tumeur (chez l'adulte) ou par une malformation (chez l'enfant).
Leurs répercussions sont aussi différentes en fonction de l'état cérébral sous-jacent : cerveau mature ou cerveau en croissance.

Au cours du développement, le cerveau est vulnérable et la fréquence des crises peut perturber, brouiller voire empêcher, la dynamique de croissance, de maturation, d'adaptation des structures cérébrales, entrainant des troubles du développement psychomoteur normal et des difficultés d'apprentissages chez le nourrisson ou l'enfant ; cela peut toucher la motricité, le langage, les apprentissages scolaires, les capacités de relation, la personnalité, l'humeur, etc…