L'hémisphérectomie fonctionnelle et l'hémisphérotomie consistent à désafférenter un hémisphère entier tout en laissant en place sa vascularisation. Elles tendent à remplacer l'ablation de l'hémisphère (hémisphérectomie) qui a l'inconvénient de laisser en place un volumineux espace mort source de complications à long terme. Ces interventions sont indiquées lorsque l'épilepsie concerne la totalité d'un hémisphère qui n'est plus fonctionnel. Le déficit préexistant (hémiplégie, hémianopsie) est peu ou pas modifié par l'intervention et les possibilités de marche sont conservées. La difficulté est de s'assurer du caractère strictement unilatéral des crises d'épilepsie et de l'intégrité de l'hémisphère controlatéral. Sur soixante dix patients (32 filles et 38 garçons âgés de 5 mois à 20 ans) ayant eu une hémisphérotomie dans notre unité entre 1990 et 1999, les étiologies se répartissaient de la façon suivante :

  • Hémimégalencéphalie et dysplasies étendues (34%)
  • Encéphalite de Rasmussen (27%)
  • Séquelles d'accidents ischémiques (21%)
  • Sturge Weber (14%)
  • Autres étiologies (0,02%)